Nous savons aujourd’hui que les conseils nutritionnels classiques ne marchent tout simplement pas pour la plupart des gens ! Le régime FAST, c’est une approche de la minceur totalement différente des autres...

Le principe du jeûne intermittent est simple : on mange normalement cinq jours par semaine, et durant deux jours, on se restreint à 500 calories pour les femmes et 600 calories pour les hommes.

Résultat : une perte de poids sur le long terme sans fonte musculaire, réduction du risque de diabète, de cancer, des maladies cardio-vasculaires, augmentation de l’énergie et du sentiment de bien-être.

La méthode révolutionnaire pour maigrir, expérimentée et validée par un médecin

LE RÉGIME FAST

Le livre de référence sur la méthode 5 : 2

5 jours sans aucune contrainte et seulement 2 jours restrictifs pour perdre vos kilos en trop et être en meilleure santé

Recevez par mail un extrait inédit




LES AUTEURS

Le Dr Michael MOSLEY, médecin, est connu en Grande-Bretagne pour ses documentaires scientifiques pour différentes chaînes comme la BBC et Discovery Channel. Celui réalisé pour la BBC, Eat, Fast, Live Younger, est à l'origine de ce livre et du phénomène incroyable autour de la méthode 5:2. Il a également été nommé Journaliste Médical de l'Année par la British Medical Association.

Twitter : @drmichaelmosley

 

Mimi Spencer est journaliste et écrivain. Depuis plus de dix ans, elle tient une rubrique dans le Mail on Sunday sur la mode, la beauté, l’alimentation, la forme, la santé et les régimes pour 3 millions de lecteurs par semaine.

Twitter : @mimispencer1

 

N°1 au
Royaume-Uni

Le jeûne intermittent en pratique

  • Mon organisme va-t-il se mettre en « mode famine » et stocker ses graisses ?

    Puisque vous n’êtes pas tous les jours en restriction calorique, votre organisme ne va pas adopter le fameux « mode famine ». Votre jeûne ne sera jamais intense ni prolongé. Même si votre organisme va aller puiser de l’énergie dans ses réserves de graisses, il ne va pas prendre sur le tissu musculaire. Des recherches ont montré que le jeûne occasionnel ne supprime pas le métabolisme. Même un jeûne extrême – un jeûne absolu trois jours de suite ou un jour sur deux pendant trois semaines – ne diminue pas le taux métabolique basal. Et le jeûne intermittent n’augmente pas le taux de la ghréline, une hormone qui stimule la faim. Des chercheurs du Pennington Biomedical Research Center de Louisiane ont découvert que « le taux de ghréline restait stable chez l’homme comme chez la femme, même après 36 heures de jeûne ». Si vous suivez l’approche intelligente et modérée conseillée ici, votre restriction calorique sur vingt-quatre heures deux jours par semaine vous apportera de nombreux bienfaits scientifiquement prouvés.

  • Puis-je manger ce qui me plaît les cinq autres jours de la semaine ?

    Oui. Aussi incroyable que cela puisse vous paraître, aucun aliment n’est interdit. Les cinq jours de la semaine où nous ne jeûnons pas, nous mangeons tout ce que nous voulons – du poisson et des chips, des pommes de terre sautées, des cookies, du cake… Une étude a montré que des volontaires encouragés à manger des lasagnes, des pizzas et des frites les jours « off » continuaient de perdre du poids.

    Néanmoins, n’essayez pas de vous empiffrer comme pour rattraper le temps perdu. L’absence d’hyperphagie (un appétit excessif) après une journée de restriction calorique peut sembler surprenante, mais elle est confirmée par de nombreux témoignages. Beaucoup de jeûneurs rapportent qu’ils n’ont pas particulièrement faim le lendemain du jeûne ; et, encore mieux, ils découvrent que leur goût pour les aliments très gras et très sucrés disparaît à mesure que le jeûne intermittent devient un mode de vie. Nous ne savons pas encore bien expliquer ce phénomène, mais il semble que certains individus sont galvanisés par la perte de poids qu’ils constatent de semaine en semaine. Leur détermination augmente à mesure que leurs kilos disparaissent et manger plus sainement devient tout naturel à leurs yeux.

    Toujours est-il que les êtres humains ont évolué au fil des siècles vers une préférence marquée pour les aliments très caloriques (qui nous donnaient un avantage autrefois) et le principal atout du jeûne intermittent est sans aucun doute de nous autoriser les « aliments plaisir » cinq jours par semaine. Ce qui veut dire que la plupart du temps il n’y a pas de limite, de privation, de culpabilité. L’impact psychologique de ne pas être dans le déni est énorme. Il empêche l’expression de ce qu’on appelle l’effet de désinhibition – un paradoxe selon lequel savoir que certains aliments sont interdits nous incite à en consommer davantage.

  • Quels jours dois-je choisir de jeûner ?

    Peu importe. C’est votre vie et c’est à vous de déterminer les jours qui vous conviennent le mieux. Beaucoup de personnes choisissent le lundi, peut-être parce qu’il est plus facile, tant au niveau psychologique que pratique, de vous mettre en condition au début d’une nouvelle semaine, notamment après un week-end en famille ou avec des amis. C’est d’ailleurs pour cette raison que les jeûneurs évitent le samedi et le dimanche lorsque les brunchs, les déjeuners de famille ou les dîners chez les amis rendent les restrictions caloriques particulièrement fastidieuses. Le jeudi peut être approprié pour un second jour de jeûne. Mais restez souple, ne vous forcez pas à jeûner si vous ne le sentez pas. Si vous êtes particulièrement stressé, fatigué ou mal luné un jour où vous avez décidé de jeûner, abstenez-vous et reportez votre jeûne. Restez flexible. Il ne s’agit pas de pratiquer le jeûne « taille unique », mais de trouver un programme réaliste qui fonctionne pour vous. En tout cas, il est indispensable de vous fixer un programme que vous respecterez l’essentiel du temps. Les bonnes habitudes se prennent à ce prix. Certes, vous pourrez adapter vos jeûnes aux évolutions de votre vie – et de votre corps –, mais il est vivement déconseillé de sauter trop de jours de jeûne – vous risquez vite de reprendre vos mauvaises habitudes.

  • Mon jeûne va-t-il être difficile à supporter ?

    Vous renoncez au chocolat aujourd’hui en sachant que vous y aurez droit demain. C’est l’avantage du jeûne intermittent et ce qui le rend si différent des autres régimes.

  • Vais-je me sentir fatigué ?

    Un jeûne intermittent n’a aucune raison de vous fatiguer – certains jeûneurs éprouvent même un regain d’énergie le jour où ils jeûnent et les jours suivants. Comme dans la vie normale, vous aurez des hauts et des bas, des jours avec et des jours sans. Les nombreux jeûneurs que nous avons rencontrés se trouvent plus dynamiques. Voyez pour vous. Vous trouverez peut-être qu’un jour de jeûne se termine plus tôt qu’un autre jour – aller se coucher de bonne heure, ne pas boire d’alcool et dormir suffisamment sont de bons moyens d’arriver rapidement au petit déjeuner du lendemain.